Attendre... S'armer de passience...Ici et tout de suite...Precipitation...

Publié le par âme pensive

Je n'ai jamais trouvé le bon dosage... Ne sais pas attendre ou plutôt ne supporte pas quand on me l'impose. Mais parfois ne sais pas agir tout de suite, parler ou agir dans l'instant présent... Encore une fois je me contredis...Certaines attentes m'ont poussé à me torturer de questions, certains actes nous deplaisent mais en y reflechissant, ne l'a t'on pas déjà fait nous même? Je suis sure que c'est souvent le cas, il suffit de reflechir au pourquoi de nos gestes pour comprendre ceux des autres. Non?

1 mois et quelques semaines... Je compte les jours... Tellement hate de changer d'air, de decouvrir, redecouvrir tant de chose, de revoir certaines personnes...De tout recommencer ( travail, maison, lien, route...) Je vais laisser ici ma langue maternel, mon chez moi, quelques étoiles, des habitudes, certaines de mes blessures et mon masque... Tout réapprendre, plus aucunes habitudes, aucuns gestes familiers, un rêve, le rêve d'une ado un peu pomé, trop sensible, qui c'est juré de retourner de l'autre côté du continent, pendant quelques mois, pour finir ce qu'elle à commencé... Un an d'attente et me voila au pied du mur, toute préte à partir... Heureuse... Je ne cesse de penser à tout ce qui m'attend, tout ne va pas être doux et rose bonbon mais quel joie! Pi il doit y avoir un angrais special, un antidote surnaturel car tout le monde ou presque me dit que ça me fera peut être grandire une fois partie labas... Je suis peut être une enfant à vos yeux mais finalement ce n'est pas plus mal... Ca me prouve que mon masque me va bien, que je sais jouer ce rôle...
Tellement contente, mais avec quelques peurs et larmes. Mais ça j'ai bien compris que je n'avais le droit d'en dire mots, "sourie et tais toi"... Pourtant j'aimerais que l'on rassure mes peurs. Oui je voudrais dire à certains ma peine, leur dire que ma lacheté m'effrait et que certains mots me blessent... Que j'ai peur de perdre certaines choses... Mais je comprend maintenant que je n'ai pas à parler de certaines épines etant donné que ce sont les miennes, issues de mes actes... je ne sourie pas tout le temps mais je me tais oui....


Commenter cet article